Quel est 10 ans plus tard l’impact de l’élargissement de l’UE sur le transport routier belge ?

Il y a déjà dix ans que dix nouveaux Etats membres sont venus rejoindre l’Union européenne. En 2005, la Febetra a publié des données concrètes quant à l’impact de l’élargissement sur le secteur du transport routier belge. La situation était peu glorieuse. Le transporteur belge perdait de plus en plus de terrain sur le marché international et était obligé de se replier sur des transports nationaux. Grâce à la coopération de ses membres, la Febetra a pu à nouveau faire un état des lieux en 2014. Les résultats ne sont on ne peut plus clairs : la situation du transport routier belge est fort préoccupante.

L’élargissement fait de plus en plus mal

L’enquête montre qu’une majorité (83% contre 66% en 2005) des transporteurs voient l’élargissement comme une menace et subissent une concurrence intense.

Ces dix dernières années quasi deux tiers (73% contre 58% en 2005) ont perdu des transports. Ce sont bien sûr souvent des transports internationaux vers la France (41%) et l’Allemagne (31%). Il est toutefois inquiétant de constater que 27% répondent également qu’ils ont perdu des transports nationaux. Pas étonnant donc que 75% considèrent une éventuelle libéralisation plus poussée du cabotage comme une nouvelle menace.

En 2005, la concurrence venait surtout de transporteurs polonais et tchèques. En 2014, la concurrence des transporteurs polonais se fait toujours fortement ressentir étant donné qu’ils nous prennent 15% des transports mais ils sont battus par les transporteurs roumains qui depuis leur adhésion en 2007, profitent de la libéralisation du marché du transport.

Quelle est la réaction du transporteur belge ?

53% se concentrent sur des transports « courtes distances ». Mais l’enquête nous montre également que 7% des entreprises décrochent et arrêtent leurs activités de transport. Il s’agit là d’une des raisons, à côté du grand nombre de faillites et des consolidations dans le secteur, qui expliquent pourquoi le nombre d’entreprises de transport belges a diminué de 10% depuis 2003 et qu’il y a 5000 ouvriers en moins dans le secteur sur ces dernières années. Seuls 12% des répondants ont ouvert une filiale dans un autre Etat membre.

Conclusion

Sur base des résultats de l’enquête, une seule conclusion s’impose : la baisse du coût salarial devra être la première priorité pour le prochain gouvernement.

Les résultats de l’enquête peuvent être téléchargés ici.

Print This Post