nl

L’édito du mois

LE TRANSPORT ET LA LOGISTIQUE TOUJOURS PLUS CHERS

Selon l’Institut Transport routier et Logistique de Belgique (ITLB), en à peine quatre mois, les coûts d’une entreprise de transport belge ont augmenté en moyenne de 9,25 %. Soit bien davantage qu’en 2021, pour une année entière. Jamais auparavant nos transporteurs n’ont été confrontés à un choc aussi brutal et rapide. Et bien que ce ne soit pas agréable à entendre, rien n’indique que ce tsunami de coûts sera bientôt derrière nous.

La guerre en Ukraine nous le ferait presque oublier, mais le climat et l’environnement restent des questions cruciales. Les instances européennes ne laissent planer aucun doute à ce sujet dans leurs communications et leurs plans de politique. La relance au niveau européen sera verte et durable, mais – et c’est un point qui n’est malheureusement pas suffisamment médiatisé – elle sera aussi extrêmement coûteuse.

Prétendre que le climat et l’environnement ne posent aucun problème n’est pas une option réaliste en 2022. Même si le transport routier lourd n’est responsable que de 5 % des émissions totales de CO2, le secteur des transports devra également prendre ses responsabilités. Le Green Deal, Fit for 55 et l’instrument de relance Next Generation ont d’ores et déjà donné le ton au niveau européen. Davantage de mouvements logistiques via d’autres modes que la route et beaucoup moins d’émissions deviennent la « nouvelle norme ». Les transporteurs feraient bien de réfléchir à la manière dont ils vont s’adapter à celle-ci.

La destination finale est connue, mais l’itinéraire exact, les technologies à mettre en œuvre et le calendrier sont encore assez flous. Ce qui est certain, c’est que la transition énergétique et le passage vers une logistique pérenne sont, quoi qu’il en soit, une mission que les transporteurs ne peuvent effectuer seuls. Les chargeurs, les constructeurs, les autorités et les consommateurs, pour ne citer qu’eux, devront non seulement coopérer, mais aussi être prêts à supporter les coûts qui sont inévitablement associés au passage à une logistique sans émissions.

Parce que la réalisation des objectifs climatiques est un défi mondial et que durable est presque toujours synonyme de cher, les coûts de l’ensemble du processus ne doivent en aucun cas reposer intégralement sur le seul secteur de la logistique. Contribuons tous autant que nous sommes à diffuser ce message !

Philippe DEGRAEF
Directeur Febetra

 

Print This Page
Febetra
Fédération Royale Belge des transporteurs et des prestataires de services logistiques