Voeux de Nouvel an Febetra – TLV – UPTR

 

A l’aube de chaque nouvelle année, il est de coutume dans le monde du transport et de la logistique de présenter ses meilleurs vœux, idéalement autour d’un verre de champagne. La situation sanitaire du moment nous empêche, hélas, de respecter cette tradition conviviale. La Covid-19 ne nous empêche heureusement pas de vous souhaiter le meilleur pour 2022.

Elle ne nous empêche pas non plus de perpétuer une autre tradition : celle consistant à rappeler à nos éminences politiques les priorités des trois organisations professionnelles reconnues.

Covid ou pas, en 2022, la FEBETRA, TLV et l’UPTR n’y dérogeront pas !

Avec la présentation de nos vœux, nos trois organisations soulignent leur souhait commun, pour le secteur transport, de contribuer activement aux efforts de réductions des émissions de CO².
Les entrepreneurs du secteur Transport & Logistique ne sont pas insensibles aux enjeux environnementaux actuels et futurs. Leurs questionnements et inquiétudes sont celles de leurs fédérations : Comment sortir de la dépendance (à 99,98%) des carburants fossiles ?

La lutte contre le réchauffement climat est un défi sociétal dans lequel nous voulons, tous, être acteurs, plutôt que spectateurs.

Pourquoi dès lors, n’avançons-nous pas, à triple vitesse, vers l’écologisation accélérée des flottes de camions de nos entreprises belges ?

 

La réponse est assez simple : les rares véhicules à zéro émissions présents sur le marché, coûtent au moins trois fois plus cher que ceux équipés d’un moteur à combustion.

Qui plus est, 99,98% de nos clients ne sont absolument pas disposés à ouvrir les cordons de la bourse pour payer, ne fût-ce que quelques cents supplémentaires pour leurs transports.

Dans ces conditions, pour les PME et entreprises familiales (qui constituent le tissu économique du secteur transport, avec ses marges financières minimales), la transition vers les camions électriques est synonyme, à 99,98 % de garantie de faillite !

 

Il pourrait pourtant en être autrement …

Nos voisins néerlandais et allemands subventionnent déjà, jusqu’à 80% le surcoût lié à l’acquisition de camions à émissions nulles.

L’UPTR, la FEBETRA en TLV réitèrent donc leur appel aux gouvernements régionaux à prévoir des incitants comparables.

Les trois fédérations invitent par ailleurs le gouvernement fédéral à sortir du bois.

La transition vers d’autres modes de propulsion ne pourra s’opérer qu’avec des incitants fiscaux dignes de ce nom. Les bornes électriques coûtent une fortune. Il est donc tout à fait anormal que les déductions majorées soient supprimées et ce, avant même qu’il ne soit possible de procéder à l’acquisition de camions à l’hydrogène, ou de camions électriques capables de parcourir 1000 kilomètres avec 44 tonnes sans devoir être rechargés.

La décarbonisation du transport routier sera subventionnée, ou ne sera pas. La question ne se pose pas !

Avec un degré de certitude proche de 99,98%, il est acquis, qu’à défaut de réaction politique consistante et cohérente, les camions zéro émission qui parcourront les routes belges, arboreront des plaques étrangères.

Ce n’est pas ce que nos responsables politiques souhaitent. Ce n’est pas ce que nos entrepreneurs et concitoyens veulent. Le bon sens voudrait donc que le message des trois fédérations soit entendu et rapidement suivi d’effet. Les enjeux liés au réchauffement climatique méritent bien 5 minutes de courage politique. Les transporteurs aussi.

 

Benny Smets Rudy Maes Bruno Velghe
Président FEBETRA Président TLV Président UPTR

 

Print This Post