Les organisations professionnelles du secteur Transport très critiques quant aux tarifs de la taxe kilométrique : « une concertation approfondie est primordiale avant toute décision »

La Febetra, TLV et l’UPTR, les trois fédérations représentant le secteur du transport et de la logistique en Belgique, réagissent très négativement à la décision du gouvernement bruxellois concernant les tarifs de la taxe kilométrique pour les poids lourds.

L’UPTR, la Febetra et TLV représentent les transporteurs professionnels qui ont dû faire face, ces dernières années, à une situation économique très difficile, donnant lieu à un nombre record de faillites et de pertes d’emplois. Le coût salarial fort élevé paralyse de plus en plus le transporteur belge dans sa lutte contre la concurrence étrangère. Si l’on y ajoute la taxe kilométrique selon les tarifs annoncés, le transport routier devient encore de 5% à 10% plus cher. Les transporteurs craignent de ne pas pouvoir répercuter ces coûts à la hausse.

Sous de telles conditions, la taxe kilométrique est inacceptable pour TLV, l’UPTR et la Febetra. Indépendamment des implications financières, la taxe kilométrique n’a aucun effet sur la mobilité aussi longtemps qu’elle se limite aux seuls poids lourds.

Le secteur du transport demande dès lors une concertation approfondie et met sur la table au moins les exigences suivantes aux ministres compétents :

1. Exonération de l’ONSS sur les heures non-productives des chauffeurs.

2. Une garantie légale que les clients des transporteurs devront payer la taxe.

3. Les revenus de taxe doivent exclusivement être utilisés pour l’entretien des routes et la réalisation des chaînons manquants.

4. Le système du congé-éducation payé doit être revu afin de mieux coller aux exigences du secteur du transport.

5. Tout transport de marchandises doit répondre aux mêmes règles, y compris pour les véhicules ayant une charge utile de moins de 500 kg.

6. Des tarifs inférieurs à ceux annoncés afin de préserver la position concurrentielle du transport routier belge.

7. Un tarif identique dans les trois régions.

8. La limitation de la taxe kilométrique au réseau « Eurovignette ».

Le secteur du transport belge souligne que, aussi longtemps qu’il n’y aura pas d’accord sur le paquet dans son entièreté, les transporteurs et leurs organisations ne soutiendront pas la taxe kilométrique.

Print This Post