La Febetra demande aux instances de contrôle de tenir compte des conditions atmoshériques exceptionnelles

La Febetra lance un appel pressant aux instances de contrôle afin que celles-ci fassent preuve de clémence  et tiennent compte lors de leurs contrôles sur les temps de conduite et de repos des conditions atmosphériques exceptionnelles qui ont paralysé une grande partie de l’Europe.

Tant les transporteurs que les chauffeurs ont été confrontés ces derniers jours à des conditions de circulation qui furent tout sauf normales suite aux nombreuses interdictions de circuler qui n’avaient bien souvent pas été annoncées à l’avance. Des milliers de chauffeurs ont été bien malgré eux aiguillés vers des parkings ou ont été contraints par la police d’attendre pendant de longues heures sur une bande d’arrêt d’urgence. La météo et les mesures que nombre de gestionnaires de la voirie publiques ont prises ont  considérablement perturbé le planning des entreprises de transport.

En temps normal il faut faire preuve de beaucoup de prévoyance et être parfaitement organisé pour respecter les temps de conduite et de repos. Suite aux conditions atmosphériques exécrables des milliers de chauffeurs se sont retrouvés ces derniers jours dans des situations où il était pratiquement impossible de ne pas enfreindre les temps de conduite te de repos.

La Febetra espère vivement que les instances de contrôle tiendront compte de ces circonstances exceptionnelles lorsqu’elles procéderont à des contrôles sur les temps de conduite et de repos.

Ceci est d’autant plus nécessaire que les infractions aux temps de conduite et de repos peuvent être verbalisées dans toute l’Union européenne jusque 28 jours après les faits. Il serait révoltant que les chauffeurs se fassent verbaliser de façon rétroactive pour des infractions qu’ils ne pouvaient éviter avec la meilleure volonté du monde.

Print This Post