La SAV et la Febetra demandent aux autorités de bonnes résolutions pour le secteur du transport routier

Tout comme en 2009, la SAV, l’organisation professionnelle Royale de transporteurs de marchandises de la Région flamande et de la Région de Bruxelles Capitale et la Febetra, la Fédération Royale belge des Transporteurs et des Prestataires de Services Logistiques, ont tenu le 12 janvier leur traditionnelle réception de nouvel an, symbole d’une collaboration étroite entre les deux organisations.

2009 fut une année catastrophique pour le secteur du transport qui a subi en moyenne une chute de 25% du chiffre d’affaires. Comparé à 2008, le nombre de faillites a augmenté de 33% et le bout du tunnel est encore fort éloigné pour les transporteurs.

Face à cette situation économique précaire, les deux présidents ont demandé, en présence du Secrétaire d’Etat pour la mobilité, monsieur Etienne Schouppe, de ne pas pénaliser le secteur en lui imposant de nouvelles obligations, mais de mettre de bonnes résolutions en pratique.

Tant Willy Van Loon, président de la Febetra que Rudy Maes, président de la SAV, ont proposé une série de bonnes résolutions.

Willy Van Loon a incité les autorités à, tout comme aux Pays-Bas, ne pas limiter la future taxe kilométrique qu’aux poids lourds, mais à faire de sorte que les automobilistes participent également à cette taxe kilométrique. Si cela va de pair avec le développement d’une offre attrayante en transports en commun, cette mesure sera non seulement bénéfique pour la mobilité, mais aura également un effet positif sur l’environnement.

Rudy Maes a à son tour abordé le thème de la formation continue. Etant donné qu’un grand nombre de chauffeurs devront avoir suivi 35 heures de formation pour au plus tard septembre 2016, il a demandé des mesures permettant d’éviter le goulot d’étranglement en 2016. On pourrait ainsi obliger les chauffeurs à suivre au moins un module de 7 heures par an à partir de 2012 ou augmenter le nombre maximum autorisé de participants par cours.

Le président de la Febetra, Willy Van Loon a vivement critiqué les coûts salariaux fort élevés en Belgique. Il a reconnu les avantages de notre excellent système social, mais il a demandé aux autorités de sanctionner les abus, de créer une plus grande différence entre le salaire net et le revenu de remplacement, de limiter les systèmes de réduction du temps de travail et de prépension. Il a à nouveau référé aux Pays-Bas qui ont augmenté l’âge de la pension à 67 ans.

Dans le cadre de la présidence belge de l’UE durant la deuxième moitié de 2010, le président de la SAV, Rudy Maes a demandé que le dossier de l’internalisation des coûts externes soit élaboré en collaboration étroite avec le secteur.

L’infrastructure a également été abordée et plus spécifiquement la construction d’une série de chaînons manquants tant en Wallonie (e.a. ring autour de Courcelles) qu’en Flandre (e.a. liaison E17 – tunnel du Liefkenshoek). L’importance de la mise en place d’un centre de coordination efficace permettant de mettre fin au syndrome NIMBY de certaines autorités locales et régionales, a également été soulignée.

Rudy Maes a conclu son intervention en louant le Secrétaire d’Etat Schouppe pour son intention de supprimer l’interdiction de dépasser tant critiquée par le secteur.

Willy Van Loon a pour sa part invité le ministre Van Quickenborne à continuer sur la voie de la simplification administrative afin d’éviter que les investissements de grands groupes belges et étrangers échappent à la Belgique.

Print This Post