La Febetra et TLV demandent un ballon d’oxygène pour le secteur logistique

À l’occasion de leur septième Réception de Nouvel An commune, qui s’est déroulée le 12 janvier, TLV et la Febetra ont, en présence du ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, porté l’attention sur une série de points chauds.

La taxe kilométrique pour poids lourds qui entre en vigueur à partir du 1er avril constitue le dossier le plus important pour le secteur du transport. TLV et la Febetra continuent à défendre, avec le réalisme nécessaire, les intérêts du secteur du transport et poursuivent le combat pour préserver notre position concurrentielle. Les concertations avec les autorités compétentes concernant les mesures d’accompagnement se poursuivent également en 2016.

La Febetra et TLV continuent de regretter que cette taxe kilométrique est tout sauf « intelligente ». Ce n’est qu’au moment où les voitures seront également soumises à une taxe kilométrique qu’un effet sur la mobilité se fera sentir. Le fait que les files structurelles aient encore augmenté en 2015 et ont atteint un niveau record, renforcent la nécessité d’une telle mesure.

TLV et la Febetra insistent encore toujours sur le fait que la taxe kilométrique sera finalement payée par le consommateur final. Les clients qui veulent poursuivre une collaboration saine avec leurs transporteurs doivent être prêts à payer cette taxe au transporteur.

Outre la taxe kilométrique, la Febetra et TLV ont, avec le ministre Van Overtveldt, examiné une série de mesures possibles en faveur du secteur.

La diminution du coût salarial demeure une priorité. En collaboration avec les syndicats, les organisations de transport ont élaboré une mesure concrète selon laquelle les heures non-productives du personnel roulant sont exemptées de précompte professionnel. Cette mesure donne un ballon d’oxygène au secteur sans entamer le pouvoir d’achat du chauffeur.

Pour TLV et la Febetra, il est également très important que le secteur logistique puisse continuer à développer ses activités depuis la Belgique. Le gouvernement a déjà mis en place une série de mesures pour le secteur de l’assemblage automobile. La Febetra et TLV demandent que la dispense de versement du précompte professionnel pour le travail en équipes soit adaptée pour mieux coller à la réalité quotidienne du secteur de la logistique.

Le secteur du transport continue à investir dans des véhicules moins polluants. Bien que TLV et la Febetra continuent à œuvrer pour le déploiement des CNG/LNG, le secteur du transport est aujourd’hui encore toujours dépendant du diesel à quasi 100%. Le diesel professionnel a été introduit en Belgique pour les véhicules de plus de 7,5 tonnes ; celui-ci permet de récupérer les augmentations des accises. TLV et la Febetra ont insisté auprès du ministre Van Overtveld pour qu’il continue à défendre le diesel professionnel au niveau européen et pour qu’il soit étendu aux véhicules utilitaires légers.

Print This Post